TwitterFacebookLinkedinYoutube

Accessibilité web: Guide pour les commerçants automobiles canadiens

Si vous êtes responsable du site web de votre entreprise, vous savez peut-être déjà que sa conception pourrait bientôt devoir respecter un ensemble international de normes établies pour améliorer l’accessibilité à l’Internet des personnes handicapées. Ces nouvelles normes ont pour but de faciliter l’accès à l’information en ligne aux personnes ayant des limitations visuelles, auditives et cognitives.

Suivant l’initiative du gouvernement fédéral, qui a adopté la Loi canadienne sur l’accessibilité en 2019, l’Ontario sera bientôt la première province à obliger les entreprises privées à respecter les normes internationales intitulées « Lignes directrices pour l’accessibilité du contenu des sites web » (WCAG en anglais), qui décrivent des pratiques exemplaires pour créer du contenu web et numérique plus accessible aux personnes handicapées.

En Ontario, tout organisme privé ou sans but lucratif comptant au moins 20 employés a jusqu’au 30 juin prochain pour déposer un rapport de conformité prouvant qu’il respecte les règles d’accessibilité numérique énoncées dans la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario (LAPHO). Les organisations d’au moins 50 employés qui ne se conforment pas à la loi pourraient devoir payer des amendes atteignant 100 000$.

 

Parlons donc de ces lignes directrices et de la façon de les appliquer sur votre site web.

Les Lignes directrices ont été développée par le World Wide Web Consortium (W3C), une communauté internationale d’organisations et de personnes qui collaborent à l’élaboration de normes techniques pour le web, y compris une norme mondiale unique pour l’accessibilité du contenu web.

Le type de contenu web visé par les Lignes directrices comprend de l’information comme le texte, l’image et le son, ainsi que le code informatique ou le langage de balisage qui détermine la structure et l’apparence du site web.

Les Lignes directrices sont mises à jour régulièrement pour tenir compte de l’évolution des technologies du web, des tendances en matière de conception et de développement, ainsi que de la croissance de l’offre en téléphonie cellulaire. La LAPHO contraint les entreprises ontariennes à prouver qu’elles se conforment aux normes énoncées dans la version 2.0 des Lignes directrices (WCAG 2.0).

WCAG 2.0 se divise en quatre principes directeurs, qui stipulent que le contenu web doit avoir les caractéristiques suivantes:

  • Perceptible − Le contenu doit être présenté de façon à ce que l’utilisateur puisse le détecter sans difficulté (d’abord par la vision ou l’ouïe), soit grâce au navigateur, soit grâce à des technologies d’assistance.
  • Utilisable − Les utilisateurs peuvent interagir avec tous les contrôles et éléments interactifs du contenu à l’aide d’une souris, d’un clavier ou d’un appareil d’assistance.
  • Compréhensible − Le contenu doit être rédigé clairement, en langage courant, afin d’éviter les malentendus ou les erreurs.
  • Compatible − Le contenu doit être compatible avec la plupart des technologies (y compris les technologies d’assistance actuelles et futures).

Chacun de ces quatre principes est évalué selon des « critères de succès » précis et vérifiables, aux niveaux A, AA ou AAA.

En Ontario, les sites web du secteur privé et autres organisations devront bientôt se conformer au moins minimalement aux Lignes directrices (WCAG 2.0) niveau AA. Ces efforts devront être appuyés par une documentation qui expose les méthodes et techniques utilisées pour réparer des sites web existants ou en créer de nouveaux de façon à répondre aux exigences d’accessibilité. En d’autres termes, ces entreprises devront mettre en place un véritable plan d’accessibilité. Il faut que cette normalisation soit le résultat d’un plan, documentée, et non pas simplement un coup de chance.

Les éléments des Lignes directrices (WCAG 2.0) que les commerçants et autres entreprises de l’Ontario doivent spécifiquement respecter incluent les facteurs liés à la technologie, comme le codage HTML, le scriptage, le multimédia (audio et vidéo), le sous-titrage, la taille du texte et les couleurs.

Pour ce qui est des commerçants des autres provinces, comme le Québec, ils bénéficieront toujours d’avoir accès à des pratiques commerciales intelligentes et d’effectuer une évaluation de leurs plates-formes web et numériques afin d’assurer leur conformité au moins à la version 2.0 des Lignes directrices (WCAG 2.0), ou à la version 2.1 plus complète (WCAG 2.1). De tels efforts, en plus de vous faire gagner des points auprès des consommateurs, vous permettront d’être déjà prêt lorsqu’entrera en vigueur la législation sur l’accessibilité dans votre province.

Au Manitoba, par exemple, la loi sur l’accessibilité pour les Manitobains (AMA), promulguée en 2013, sera bientôt être mise à jour et exigera des organismes gouvernementaux provinciaux qu’ils respectent certaines des normes d’accessibilité numérique de WCAG 2.0 d’ici 2023. Plus précisément, on s’attend à ce que la réglementation du Manitoba considère les petits caractères, le manque de contraste des couleurs et l’utilisation d’un langage qui n’est pas clair ou courant, comme des obstacles à l’accessibilité qu’il faudra surmonter.

La Nouvelle-Écosse est également en train de mettre à jour sa loi provinciale sur l’accessibilité afin d’y incorporer des aspects des Lignes directrices qui obligeront les organismes du secteur public à améliorer leurs pratiques d’accessibilité numérique d’ici 2030. La Colombie-Britannique a également donné son appui à la mise en œuvre des Lignes directrices avec sa loi provinciale sur l’accessibilité, mais aucun échéancier n’est fixé.

En dehors de l’Ontario, le privé et les autres organisations non gouvernementales ne sont pas encore tenus de se conformer aux Lignes directrices, mais selon de nombreux experts canadiens, ce n’est qu’une question de temps avant que la loi sur l’accessibilité numérique ne s’étende aussi au secteur privé, partout au pays.

Si vous ne savez pas trop où commencer pour vous conformer aux Lignes directrices, l’équipe de professionnels en conception de sites web TAvantage est là pour vous aider. Il suffit de visiter go.trader.ca/TAvantage dès aujourd’hui pour vous inscrire à une évaluation de site web gratuite, et être rassuré en sachant que vos plates-formes numériques sont accessibles à tous et

About the Author

Sabrina Arruda

Editor / Éditrice

TRADER

Répondre

*

code